Vichy et les Juifs… au(x) risque(s) de l’Histoire ?

 

MEMORIAL DE L'HOLOCAUSTE BERLIN 1993. Crédit photo R. Lévy

Mémorial de l’Holocauste, Berlin 1993. Crédit photo : R. Lévy

 

Par Jean-Marc BERLIERE

 

« By giving up a part, most of the whole was saved »

[L’abandon d’une partie d’entre eux a permis de sauver le plus grand nombre]

Raul Hilberg,  The Destruction of the European Jews, Chicago, Quadrangle, 1961.

 

Le débat passionnel qui agite le monde politico-médiatique depuis la publication par un polémiste d’un livre aux thèses contestées[1] dans lequel il fait grand usage de l’histoire et reprend — en 9 pages et sans déformation — les conclusions d’un historien israélien (Alain Michel, Vichy et la shoah, le paradoxe français, 2012[2]), s’il reflète les enjeux idéologiques et politiques du moment – déclin français, identité et roman national, xénophobie, montée du Front national … — démontre surtout un naufrage de l’histoire scientifique et un curieux penchant téléologique  : il est toujours plus facile de commenter les faits et de dire ce qu’il fallait faire quand on connaît la fin… Lire la suite sur pdf Vichy et les Juifs CSI

Article paru dans Les Cahiers de la Sécurité Intérieure et de la Justice (n° 32, 2e trimestre 2015, pp. 104-111)

Lire aussi https://hscofrance.wordpress.com/2017/05/10/sans-la-police-parisienne-la-rafle-du-vel-dhiv-ne-pouvait-etre-organisee/

[1]Eric Zemmour, Le Suicide français, Albin Michel, 2014.
[2] Une nouvelle édition, revue, précisée et augmentée, est sortie en 2015 (Elkana Editions). Un autre historien israélien, Asher Cohen avait avancé 20 ans auparavant dans un livre — Persécutions et sauvetages. Juifs et Français sous l’Occupation et sous Vichy, Paris, Cerf, 1993 — peu commenté à l’époque, des thèses et remarques comparables. Le « paradoxe français » s’agissant de la shoah a été mis en lumière au début des années 1990 par l’historien belge Maxime Steinberg (« Le paradoxe français dans la Solution finale à l’Ouest », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, Année 1993, Volume 48/Numéro 3, pp. 583-594).

Ce contenu a été publié dans Persécution des Juifs. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *