L’association

22 janvier 2019

Le mot du président

 

Chers adhérents, chers amis,

Le pessimisme et les bonnes (en fait mauvaises) raisons de cultiver la sinistrose seraient caractéristiques de notre pays. Votre association, bien que tournée vers une période trouble de notre passé, aspire à écarter cette fatalité et à « donner envie d’avoir envie », pour reprendre les termes du plus célèbre philosophe franco-belge inhumé aux Antilles.

Je vous présente donc, au nom du Bureau, mes vœux les plus sincères pour que 2019 soit une excellente année pour vous et pour tous ceux qui vous sont proches !

Santé, prospérité, bonheur sont des bienfaits que j’espère le plus largement partagés. La liste n’est pas exhaustive et je laisse chacun la compléter librement. Pour ma part j’y ajoute le goût pour accueillir l’avenir. Un avenir attendu, forcément incertain mais en aucun cas subi. J’y adjoins la volonté de partager, ensemble, nos désirs de comprendre l’Histoire. Depuis la perception des linéaments de son écriture jusqu’à l’exposé de ses détails les plus subtils, HSCO doit contribuer à faire avancer les débats ! Je pense ici, par exemple, à dépasser la triste conformité académique de la très officielle journée de Bourges[1]. Pardonnez-moi cette récupération intéressée de l’exercice (obligé) des vœux pour promotionner notre association, mais il me semble incontournable de privilégier le concret, la mise en œuvre, sur des intentions aux contours mal définis.

Concernant notre colloque, je suis favorablement étonné par le nombre et la qualité des interventions proposées par nos adhérents. Nous pourrions programmer plusieurs journées … mais il faut raison garder, et d’abord soigner cette première édition. Nous confirmerons le programme définitif dans les délais convenus et vous remercions, dès à présent, de prévoir un relais-invitation auprès de vos connaissances.

Date du colloque HSCO (légèrement modifiée) : MERCREDI 25 septembre 2019.

A suivre, et à très bientôt.

Jean-Michel Adenot

Président de HSCO

[1] Journée co-organisée par le musée départemental de la résistance, la fondation pour la mémoire de la résistance … dont nous avons donné un compte rendu lors de l’AG.

————————————————————————————-

13 octobre 2918 – ASSEMBLEE GENERALE  2018 à VINEUIL (41)

Le 13 octobre 2018 s’est tenue, à VINEUIL, lieu du Siège de l’association, l’Assemblée Générale de HSCO.

Gilbert MOREUX, président d’honneur, et habitant de VINEUIL, a souhaité la bienvenue aux personnes présentes.

Un tour de table a permis à chacun de se présenter et de dire quelques mots sur ses travaux en cours.

C’était l’occasion de faire connaissance avec Albert HUDE (historien amateur de la Résistance en Eure-et-Loir), qui a tout récemment adhéré à HSCO en tant que membre associé.

La journée HSCO du 5 juillet à Saint-Marcel a été rapidement évoquée, ainsi que les enseignements que l’on a pu en tirer. Ce type de journée locale est à renouveler à l’initiative des adhérents.

Par ailleurs, Gilbert MOREUX et Jean-Michel ADENOT, qui avaient assisté à la journée d’étude du 29 septembre 2018 à Bourges, intitulée : « Ecrire l’histoire de la Résistance aujourd’hui », aux Archives Départementales du Cher, nous ont fait part de leurs impressions et de leurs réflexions sur les diverses interventions de ce colloque (intervenants : Xavier LAURENT (Directeur des AD 18), Victor CONVERT (ancien préfet, directeur de la Fondation de la Résistance), Laurent DOUZOU, Julien BLANC, Sébastien ALBERTELLI, Fabrice GRENARD, Jean-Louis LAUBRY et Jean-Luc STIVER). Malgré une accroche laissant présager d’une évolution, le colloque s’est terminé par de bien timides et imprécises propositions. Il a pu être constaté  l’assistance clairsemée et l’absence d’anciens FFI ou FTP. Il semble qu’il n’y ait pas grand-chose de nouveau à attendre en termes d’écriture de l’histoire de la Résistance. Cette journée a été aussi l’occasion, pour J-M. ADENOT et G. MOREUX, de prendre rapidement contact avec Fabrice GRENARD et de lui suggérer, entre autres, une rencontre avec Xavier LAROUDIE, afin de purger leur désaccord à propos du nombre des victimes des exécutions commises par les maquis en Haute-Vienne (voir article du site HSCO à ce sujet – mettre le lien). Jean-Michel ADENOT fait observer qu’un différend numérique doit pouvoir être objectivé dossier par dossier au cours d’une réunion de travail. Cette proposition reste à ce jour sans suites.

L’AG de HSCO s’est poursuivie par le rapport d’activité de la secrétaire et un point sur l’activité du site de l’association. Un projet est à l’étude d’ajouter au site un forum (accessible aux adhérents seulement). Ce forum serait un moyen efficace de favoriser les échanges et l’entraide entre les membres, entraide qui fait partie de l’objet de l’association.

En l’absence de Jean-Marc BERLIERE, Président du Conseil Scientifique et d’Ethique de HSCO, excusé, Jean-Michel ADENOT a lu le rapport que celui-ci a rédigé à notre intention.

De ce rapport on peut retenir, en autres, que J.-M. BERLIERE regrette que les publications et documentaires récents sur la période de l’Occupation fassent preuve d’une « vision toujours aussi manichéenne de la période ». Il constate que “des ouvrage de référence” publiés récemment continuent de ressasser les mêmes certitudes, établies sans références d’archives, et sans tenir compte des archives de la Justice Militaire.

J.-M. BERLIERE se pose la question de savoir comment HSCO peut augmenter son audience. Mettre plus de liens sur son site internet avec d’autres sites de qualité, permettrait de toucher un plus large public. Il rappelle que la production des membres de HSCO est pourtant conséquente, et qu’il faut la diffuser auprès du plus grand nombre.

J.-J. MEDDAS, trésorier, a ensuite fait le point sur l’évolution du nombre d’adhérents, qui est en hausse par rapport à l’an dernier. Il a donné toutes explications sur le bilan, qui est positif.

Les questions à l’ordre du jour ont ensuite été examinées. Il a été décidé, entre autres, le maintien des cotisations à leurs montants actuels et la prise en charge des frais d’intervention d’un technicien informatique pour ajouter un forum au site internet de l’association.

La question du Droit à l’oubli et devoir de mémoire (Comment concilier les deux) est une question qui se pose à tout historien, et ce thème a fait l’objet de nombreux échanges entre les personnes présentes à l’AG.

Enfin, un projet de colloque a été évoqué pour l’année 2019, qui sera la 5ème année d’existence de HSCO. Les échanges entre membres présents à ce sujet ont été riches, et devraient permettre au Bureau de voir comment un tel projet peut être élaboré et mis en œuvre, avec l’aide méthodologique de Jean-Marc BERLIERE.

——————————————————————–

Journée HSCO à Saint-Marcel le 5 juillet 2018

La date de cette journée HSCO n’était peut-être pas bien choisie (début des vacances d’été…), mais les membres présents peuvent être satisfaits de cette expérience, marquée par la richesse des échanges et la découverte, sur le terrain, d’un lieu emblématique de la Résistance en Bretagne.

La problématique du Musée de la Résistance Bretonne de Saint-Marcel et de sa prochaine rénovation, ont rajouté une autre dimension à cette journée, élargissant le champ de notre réflexion.

Nous avons été reçus par le Commandant Tristan Leroy, conservateur du Musée.

Il nous a fait un petit historique du musée et nous a donné des informations sur son financement, son administration, mais aussi sur ses difficultés actuelles.

La question de la rénovation du Musée a été abordée. En effet le Musée de la Résistance Bretonne, qui a été construit en 1984, va fermer à la fin de l’année 2018 pour subir une transformation tant au niveau du bâtiment lui-même que de son contenu et de la façon de présenter ses collections. Transformation aussi dans la façon de présenter les événements de juin 1944 à Saint-Marcel et l’action des parachutistes SAS.

Le nouveau Musée devrait pouvoir être inauguré en 2020.

De « Musée de la Résistance Bretonne » il va devenir « Musée de la Résistance en Bretagne ».

En 2014, à la veille du 70ème anniversaire de la Libération, le Musée était sur le point de fermer. Sa fréquentation avait sérieusement baissé. De 50 à 60 000 visiteurs les dix premières années, le nombre de visiteurs était tombé à 15 000 par an.

A l’occasion de sa visite à Saint-Marcel en 2014, pour l’anniversaire de la Libération, Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense (et ancien professeur d’histoire à l’Université de Rennes II) a annoncé le sauvetage du Musée, qui recevrait des subventions importantes pour sa rénovation.

https://www.dailymotion.com/video/x19ujoz

(vidéo : Jean-Yves Le Drian présente le sauvetage du Musée de la Résistance)

Un concours de maîtrise d’oeuvre a été lancé. Quatre projets ont été présentés. Le projet qui a été retenu est celui de Thomas ROUYRRE, du Cabinet CADMEE (Paris).

VISITE DU MUSEE

Le Musée de la Résistance Bretonne, dans sa forme actuelle, est consacré principalement au Maquis de Saint-Marcel et à ses combats du 18 juin 1944, ainsi qu’aux parachutistes SAS français et anglais, dont le 2ème Régiment de Chasseurs Parachutistes qui, sous les ordres du Lieutenant-Colonel Bourgoin, ont été parachutés sur la Bretagne le veille du Débarquement, pour effectuer des opérations de sabotage de lignes de chemin de fer, de réseaux téléphoniques et voies de communication, afin de retarder le départ vers la Normandie des unités allemandes stationnées en Bretagne.

Musée de la Résistance Bretonne

Plusieurs films vidéo sont visibles dans les différentes salles du musée.

Mais le Musée offre aussi au visiteur un aperçu global de la Seconde Guerre Mondiale et de l’Occupation.

Le musée actuel a tout ce que l’on peut s’attendre à voir dans un tel lieu, et il y a matière à y passer plusieurs heures.

PAUSE DEJEUNER au Restaurant Le Relais du Maquis, au bourg de Saint-Marcel.

VISITE SUR LE TERRAIN

Après le déjeuner, nous sommes allées sur le terrain, sur les différents lieux des combats. Certains lieux, comme le Château des Hardys Béhellec et le Manoir Sainte-Geneviève, incendiés par les Allemands en représailles des combats de Saint-Marcel, ont totalement disparu.

M. Daniel, J. Albert, Y. Mervin, JM Adenot

La carte d’Etat Major qu’Yves avait eu le soin d’apporter s’est avérée bien utile pour se situer, apprécier les distances entres les différents points des combats, les PC des groupes de résistants et des parachutistes, les positions des uns et des autres, les mouvements des soldats allemands, etc.

Notre guide, Marc Daniel, habite à quelques kilomètres de Saint-Marcel. Les parents de Marc tenaient une ferme à Loyat et ont hébergé des parachutistes SAS, dont Henry Corta. Dans les années 80, Henry Corta, ancien parachutiste SAS, était venu revoir les lieux et les personnes qui l’avaient accueilli.

PRESENTATION DU PROJET DU FUTUR MUSEE PAR LE COMMANDANT LEROY

A la fin de la journée, le conservateur nous a réunis à nouveau, cette fois devant le plan du futur musée, et il nous a donné un aperçu de ce qu’il pourrait être, en l’état actuel du projet en cours. Mais les choses ne sont pas encore figées.

 

FFI et FFL à Loyat le 11 juin 1944. Collection Musée de la Résistance Bretonne

Le Commandant Leroy nous a montré l’album-photos de Henry Corta. Celui-ci en a fait don au Musée. Les légendes que Henry Corta a données aux photos permettent d’identifier de façon incontestable les lieux, les événements et les personnes.

Henry Corta, devenu peintre d’icones à la fin de sa vie, est enterré au cimetière d’Iffendic, Ille-et-Vilaine.

Nous avons pu mesurer le défi que constitue la rénovation de ce musée, conçu et construit au milieu des années 80 par d’anciens résistants, aujourd’hui disparus, rénovation qui devra tenir compte, si le musée veut perdurer, des nouvelles façons d’appréhender les événements à la lumière des documents d’archives à présent accessibles, des nouvelles interprétations, le temps qui a passé permettant une prise de distance avec la légende. Il fera aussi, bien sûr, une large place aux outils numériques, pour intéresser les nouvelles générations à cette période de notre histoire contemporaine.

AM Le Mouillour

———————————————————————

 

12 janvier 2018

NOUVELLE ANNEE 2018

VOEUX 2018

Sacrifiant de bon cœur à la tradition et se tournant sans crainte d’anachronisme vers le futur, votre président, représentant le bureau et les membres fondateurs, vous adresse ses vœux les plus sincères et les plus cordiaux pour cette nouvelle année !

Sur l’objet qui nous rassemble, nous ne pouvons que souhaiter une prise de conscience plus générale de notre constat : l’Histoire de l’Occupation n’est pas écrite ! Bien entendu, tout ce qui est écrit n’est pas à jeter aux orties, mais nous savons qu’un examen critique, archives non sélectionnées en mains, s’impose. Nous souhaitons donc à tous nos adhérents d’intéressantes lectures et des découvertes dont nous espérons qu’ils pourront rendre compte sous forme d’articles que nous partagerons sur notre site. Un bonheur n’est complet que s’il est partagé.

Pour les membres actifs, nous souhaitons pleine réussite dans les investigations archivistiques et autres recoupements qui font le charme des enquêtes innovantes. Ensuite, nous imaginons une année féconde, des textes inspirés et bien tournés, afin qu’ils s’ouvrent des canaux de diffusion (oral, écrit, virtuel …) appropriés ! Mesurant à titre personnel tout l’intérêt des contacts entre chercheurs, des échanges de « pièces et tuyaux », je pense que nous ne pouvons qu’inciter chacun à initier ce type de relation autour de notre annuaire et plus largement encore.

Enfin, pour notre association, l’année 2018 devrait la voir encore plus attractive puisque nous relayerons les nombreuses lectures et les publications de nos membres. Un projet de réunion décentralisée dans un centre d’archive devrait permettre une rencontre « physique », toujours enrichissante sur le plan méthodologique et personnel.

Bref, très bonne année 2018 pour tous les adhérents HSCO et leurs proches !

 

Jean-Michel ADENOT

Président HSCO

———————————————————————-

 

7  octobre 2017   ASSEMBLEE GENERALE DE HSCO

AG HSCO P1040757

L’Assemblée Générale de l’association HSCO s’est tenue à Vineuil (41), le 7 octobre 2017.

Dans la déclaration que nous reproduisons ci-dessous, notre nouveau Président, Jean-Michel Adenot, salue l’initiative des fondateurs, qui avait conduit à la création de HSCO, présente le nouveau Bureau, rappelle l’esprit dans lequel l’association souhaite continuer à oeuvrer, et, enfin, lève un peu le voile sur les projets que nous avons en réserve pour l’année à venir.

Le mot du président

Suite à l’Assemblée générale du 7 octobre 2017

Chers adhérents, chers amis,

Je tiens tout d’abord à saluer les membres fondateurs qui ont imaginé puis créé l’association, et surtout défini une orientation originale, porteuse de sens : l’Histoire Scientifique et Critique, en particulier Jean-Marc BERLIERE, « gardien des fondamentaux ».

Un salut chaleureux à Gilbert MOREUX, notre président fondateur pour avoir fermement tenu HSCO sur les fonts baptismaux et assis sa notoriété.

AG HSCO P1040764

Inflexible face à notre étonnement et notre souhait de continuité dans l’administration de l’association, Gilbert a tenu ferme sur sa volonté de passer la main de la présidence et de confier le développement de HSCO à une équipe renouvelée et renforcée.

Grand merci à lui et à tous les membres du bureau pour le travail réalisé !

C’est ainsi que les adhérents présents le 7 octobre dernier ont décidé de me confier la présidence de l’association. Je les en remercie chaleureusement, tout en restant encore surpris de cette marque de confiance envers un membre encore récent. Avec un peu d’avance sur le compte rendu officiel, je vous dévoile la composition du nouveau bureau. Il œuvrera dans la continuité, pour le développement de l’association et de ses valeurs.

Président :  M. Jean-Michel ADENOT  (88210 MOUSSEY)

Vice-Président :  M. Gérard SOUFFLET (75011 PARIS)

Secrétaire générale :  Mme Anne Marie LE MOUILLOUR (35190 TINTENIAC)

Secrétaire général-adjoint :  M. Jacques PIRONDEAU (86120 TERNAY)

Trésorier :  M. Jean-Jacques MEDDAS (75010 PARIS)

Trésorier-adjoint :  M. Yves MERVIN (56100 LORIENT)

Président du Comité scientifique et d’éthique : M. Jean-Marc BERLIERE (21121 FONTAINE-LES-DIJON)

Par ailleurs, Gilbert MOREUX devient notre président fondateur et président d’honneur. Ses conseils nous seront précieux !

Qu’il me soit permis de revenir quelques instants sur la problématique et l’espace-temps qui occupent nos recherches, à savoir l’Occupation. Cette période a été a priori largement décortiquée par de grands noms de l’Histoire, des mandarins avec leurs écoles parfois opposées, des francs-tireurs, des querelles au bruit de fond idéologique … Cette diversité pourrait laisser croire que « tout a déjà été écrit ». Et pourtant … Je ne pense pas trop généraliser en indiquant que nous sommes nombreux à avoir pris conscience, parfois avec stupéfaction, de l’insuffisance d’une Histoire portée par des témoignages de survivants, de l’importance de remaniements mémoriels effectués parfois au grand jour, de l’absence de la vision « de l’autre côté de la colline » et surtout des difficultés rencontrées pour servir la Vérité et publier les résultats d’études sourcées, trop vite qualifiées de dérangeantes.

Cette prise de conscience est à la base de notre démarche !

En effet, l’histoire de l’Occupation, des premiers jours de l’été 1940 jusqu’aux soubresauts de l’épuration reste encore pour une grande part à revisiter … et à dépassionner. L’ouverture progressive des archives et les possibilités de contacts transnationaux nous aident à passer le cap d’une écriture mémorielle, prétendument définitive, pour une démarche plus proche des faits et plus scientifique. Les conclusions de nos études doivent impérativement mentionner (toutes !) les sources archivistiques et permettre au lecteur de « refaire la démonstration », parfois de saisir l’ambiguïté des situations et idéalement de partir de bases solides pour prolonger le travail. Dans ce sens la place centrale du comité scientifique et d’éthique, structure originale, se trouve réaffirmée. A une période où la critique pour la critique -surtout de l’ordre établi- fait parfois figure de valeur, HSCO doit conserver son approche qualitative dans la remise en cause des dogmes établis. Nous continuerons à préférer la rigueur à la prolificité ou aux modes du moment !

Nous avons des projets ambitieux pour HSCO : l’organisation de journées thématiques réussies (comme Rennes en septembre dernier) se renouvellera avec idéalement un colloque et, pourquoi pas, un ouvrage collectif qui matérialisera la diversité de nos approches autour des valeurs que nous revendiquons. Le site internet (www. hscofrance.wordpress.com) évoluera lui aussi. Nous comptons sur vos contributions et témoignages !

Dans ce billet à la vague tonalité de programme, je me dois aussi de vous confirmer la volonté du bureau de continuer à assurer le développement qualitatif -vous l’avez déjà compris- mais aussi quantitatif de notre association. Nous comptons sur chacun pour assurer le bouche-à-oreille et nous remonter les demandes d’adhésion, que ce soit comme membre actif (pour les auteurs) ou comme membre associé. La diversité des thèmes de recherche cadrant avec notre problématique sera le meilleur garant de notre vitalité et de notre pertinence.

Je reviendrai prochainement, par ce canal, vous donner des nouvelles de notre association et des projets menés par le bureau. D’ici là, n’hésitez-pas à me faire part de vos réflexions, de vos propositions, et surtout des conclusions de vos travaux !

A très bientôt.

Jean-Michel Adenot

AG HSCO P1040776

 

L’Assemblée Générale, ce fut aussi un bon moment de convivialité…