Nature et bilan de l’épuration en Haute-Vienne : Xavier Laroudie répond aux Amis du Musée de la Résistance de Limoges

PHOTO MUSEE DE LA RESISTANCE LIMOGES Source httpwww.ville-limoges.fr

Musée de la Résistance de Limoges Source photo : www.ville-limoges.fr

On pourrait s’attendre à ce que les milieux attachés à la transmission de la mémoire de la Seconde Guerre Mondiale accueillent avec bienveillance et curiosité les travaux de recherche historique permis, notamment, par l’ouverture des archives. La rigueur de l’Histoire contribuant à la justesse de la Mémoire, pour paraphraser Paul Ricoeur.

Xavier Laroudie, membre fondateur de HSCO, vient de constater que la simple présentation des faits n’allait pas de soi.

Auteur du livre Un seul châtiment pour les traîtres (Geste Editions, 2016 [1]), dans lequel il publie les résultats de 15 ans de recherches sur les victimes de l’épuration dans son département de la Haute-Vienne, Xavier Laroudie a eu la mauvaise surprise de lire, dans le Bulletin 102 de l’Association des Amis du Musée de la Résistance de Limoges, une critique de son ouvrage exprimée en des propos simplistes et définitifs qui résultent moins d’une lecture argumentée que d’une mise à l’index quasi diffamatoire.

Le reproche qui lui est fait de présenter des faits sans documents ni sources identifiées est facilement réfutable puisque l’auteur a pris soin de présenter toutes les références de ses sources, ceci dans le cadre d’une étude exhaustive de tous les dossiers d’épuration.

Cette affaire illustre bien la résistance que certaines associations opposent à des travaux qui, par nature, remettent peu ou prou en question la lecture de faits historiques réputés avérés.

Nous ne pouvons rester muets face aux allégations mensongères des Amis du Musée de la Résistance de Limoges, et HSCO assure de son entier soutien l’un de ses fondateurs. Son travail illustre justement notre cheminement, pas à pas, vers l’objectivité des faits.

HSCO publie donc, ci-après et in extenso, la lettre que Xavier Laroudie a adressée au Président de cette association, ainsi que l’extrait de son bulletin n°102.

Nous souhaitons qu’un dialogue serein puisse s’instaurer en Haute-Vienne autour du riche ouvrage de Xavier Laroudie. Ceci dans l’intérêt-même de l’Histoire et de la transmission de la Mémoire.

Le Bureau de l’Association HSCO

[1] http://www.gesteditions.com/recits/temoignages/un-seul-chatiment-pour-les-traitres

Lettre de X. Laroudie au Président de l’Association des Amis du Musée de la Résistance de Limoges :

Limoges, le 17 décembre 2017

Monsieur le Président,

Si la réaction qui suit vous semble tardive, c’est parce que je découvre récemment, dans votre dernier bulletin N°102 de cette année 2017, les quelques mots que vous avez consacrés à mon livre « Un seul châtiment pour les traîtres ».
C’est aussi parce que vous avez choisi de livrer votre critique au public – j’ai en effet trouvé votre bulletin en libre service au musée de la Résistance à Limoges – que je suivrai donc ce parallélisme pour ma réponse qui sera donc publiée sur le blog de notre association HSCO – Pour une Histoire Scientifique et Critique de l’Occupation -.

Vous citez d’ailleurs, dans votre intervention, cette association dont je suis l’un des membres fondateurs.

Je suis passé de la sidération à l’incrédulité en lisant que selon un de vos adhérents, dites vous, « le livre évoqué présente des faits sans documents ni sources identifiées… ». Je vous rappelle que ce livre est le fruit de près de 15 ans de recherches dans différentes archives publiques de Paris, en passant par Le Blanc, Guéret, Angoulême, Poitiers, Limoges, puis les états civils de toutes les communes de notre département, etc.… Que les références de ces archives dépouillées patiemment, méticuleusement, sont précisées en bas de chaque page avec bien sûr les cotes des ces archives. Les PV de police ou gendarmerie, transcrits parfois in extenso dans le corps du texte, sont également clairement identifiés, « sourcés ». Cette précaution méthodologique doit permettre au lecteur mal convaincu d’examiner les pièces et en quelque sorte, de refaire la démonstration.

Comment, dans ces conditions avez-vous pu relayer publiquement une telle assertion ?

Lire la suite sur PDF =>  Lettre de Xavier Laroudie au Président de l’Association des Amis du Musée de la Résistance de Limoges

 

Ce contenu a été publié dans Démarche / Méthode, Divers, Epuration. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *