L’assassinat de l’inspecteur de police de sûreté Jean-Marie Régnier, à Montceau-les-Mines, le 8 février 1944

Par Gérard Soufflet

A la lecture de l’article récent de Michel Martineau consacré au passage du livre de Joseph Kessel L’armée des ombres, qui relate la mort du commissaire Yves Théry et du gardien de la paix Jules Martin, je découvre la photographie d’une plaque apposée début 1944 dans une annexe du ministère de l’Intérieur et dédiée “aux fonctionnaires de la sécurité publique morts victimes du devoir”. Il se trouve que cette plaque porte le nom d’un policier dont je connais bien l’histoire, Jean Régnier, abattu à Montceau-les-Mines, le 8 février 1944…  Je vous livre ce que j’ai rassemblé à ce jour sur ce meurtre, dans le cadre d’une recherche en cours ; ses conséquences furent localement catastrophiques pour les organisations résistantes. Le récit soulève un coin du voile sur une organisation bien oubliée de la Résistance, les Forces unies de la jeunesse patriotique (FUJP)

    Lire la suite => 2018-03-26 Meurtre inspecteur Régnier HSCO

plaque préf. police - REGNIER

Ce contenu a été publié dans Divers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à L’assassinat de l’inspecteur de police de sûreté Jean-Marie Régnier, à Montceau-les-Mines, le 8 février 1944

  1. Xavier Laroudie dit :

    Merci pour cette captivante enquête qui révèle une fois encore le côté obscure de la Résistance dans chacune de nos provinces.
    Une question me vient cependant : Comment le destin de ces personnages fut-il raconté par la “mémoire locale” si tant est qu’elle évoqua un jour les péripéties des personnages ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *