Annie dénonce ! Madame Lacroix-Riz signe un livre sur l’Epuration très mauvais et très mal écrit.

Par Gilles Antonowicz

Publié dans Service littéraire n° 135 de janvier 2020

 

Annie-Lacroix Riz – photo Mary Erhardy

Le croiriez-vous ? L’épuration est un mythe, une « fake news »… Certes, admet Mme Lacroix-Riz, il y eut bien 2 214 exécutions suite aux condamnations à mort prononcées par les diverses juridictions d’exception mises en place après la Libération, mais cela ne représente qu’un « magma fort modeste »… L’imagineriez-vous ? Les 8 348 « exécutions sommaires » recensées en 1944 par Mme Lacroix-Riz résultent « en quasi-totalité » des nécessités liées aux combats pour la libération du territoire. Et s’il y eut, ici ou là, quelques bavures, quelques lynchages –Mme Lacroix-Riz se dit « sidérée de leur rareté », la faute en revient au général de Gaulle qui, en faisant « systématiquement » usage de son droit de grâce, en « arrachant les pires criminels au châtiment suprême », provoqua la colère des foules… On l’aura compris, Mme Lacroix-Riz est déçue, elle aurait souhaité davantage de sang… Il est vrai que, pour une militante marxiste-léniniste assumée, membre du Pôle de renaissance communiste en France (PRCF), quelques milliers de morts, ce n’est vraiment pas grand-chose au regard des cent millions de cadavres recensés par Stéphane Courtois dans « Le Livre noir du communisme »… Aucune femme ne fut tondue pour « délit sexuel exclusif ». La preuve ? Mme Lacroix-Riz s’imaginant que chaque exaction fit l’objet en 1944 d’un rapport en trois exemplaires, dont un déposé par leurs auteurs aux Archives Nationales, n’en a pas trouvé trace dans les cartons des fonds BB18 et BB30…

Le soupçonneriez-vous ? La France a été libérée grâce aux combats conduits dès 1943 par la « résistance active, à écrasante majorité communiste » : en 1944, « la Résistance armée intérieure se situait certes loin derrière l’Armée rouge, maîtresse des opérations militaires, mais très loin devant les Anglo-Américains qui, depuis la victoire soviétique de Stalingrad, faisaient à la fois s’esclaffer et s’indigner l’Europe occupée »Lire et télécharger l’article entier => Lacroix-Riz SL

Ce contenu a été publié dans Epuration, Publications / Conférences / Média, Vichy / Collaboration. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *