Paul Labat dans la Seconde Guerre mondiale

Le commandant Labat lors des essais de faisceaux herziens hyperfréquences en 1941 – Photo collection Blanchard

Par Emmanuel de Chambost

     Successeur du général Ferrié comme chef de file de ce qu’on appelait la radioélectricité française, le commandant Paul Labat est inconnu non seulement du grand public, mais aussi des historiens de la Seconde Guerre mondiale.

Emmanuel de Chambost a écrit pour HSCO un article où il retrace la stratégie élaborée par Paul Labat dans le cadre de l’administration de Vichy pour maintenir l’industrie française de la radio et du radar naissant au meilleur niveau. Comme ses camarades officiers transmetteurs, après l’occupation de la zone libre, Labat mit ses compétences au service des organisations clandestines, ce qui lui valut de terminer ses jours massacré au camp du Struthof en septembre 1944.

Lire l’article = > EdC_Labat_HSCO_v6

 

 

Ce contenu a été publié dans Contexte / Société, Résistance / Maquis. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Paul Labat dans la Seconde Guerre mondiale

  1. Jean-Pierre Pujes dit :

    Ce document est remarquable

  2. ADENOT Jean-Michel dit :

    Notre ami Emmanuel aborde ici l’un des “vides” de l’histoire de l’occupation ! Pour information, l’auteur interviendra le mercredi 25 septembre prochain lors du colloque HSCO-2019 sur ce même sujet !

  3. Emmanuel de Chambost dit :

    A la suite de cette enquête sur Paul Labat, je me suis interrogé sur l’historiographie de la “Source K”. Pour ceux qui ne savent pas, il s’agit de la mise sur écoutes des communications téléphoniques allemandes, une opération pilotée par Edmond Combaux pour le compte des services de renseignements de l’Armée, qui auraient communiqué massivement les informations au MI6 britannique . L’ingénieur Robert Keller fut au cœur de cet exploit technique, il est mort en déportation avec quelques-uns de ces collègues. Le problème est qu’aucun auteur britannique ne vient corroborer cette collaboration entre MI6 et SR de l’Armée de Vichy. Pour faire avancer les choses, j’ai jeté cette bouteille à la mer, en Anglais: “Source K, French Legend or British Denial ?” http://siteedc.edechambost.net/Labat/Source_K_english.htm

Répondre à Jean-Pierre Pujes Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *