Lettre aux amis de la police (et de la gendarmerie !) – 2018/n° 3

Jean-Marc Berlière nous propose sa dernière “Lettre aux Amis de la police (et de la gendarmerie !) 

         ____________________________ 2018   /n° 3     (Octobre 2018 / XIIe année)

Ida Grinspan : un témoin pour la vie

Ida Grinspan

©Mémorial de la Shoah/photo Michel Isaac

Ida Fensterszab de son nom de jeune fille, née en novembre 1929, est morte en ce mois d’octobre 2018, juste avant de fêter son 89e anniversaire. C’est avec une grande peine et une grande reconnaissance que je voudrais lui rendre hommage ici, car avec d’autres déportés juifs de France, elle témoignait depuis le début — il y a douze ans — d’une aventure. Avant leur prise de poste tous les jeunes gardiens de la paix intégrant la Préfecture de police, viennent au Mémorial de la Shoah pour une « sensibilisation à la shoah » qui précède une visite au musée et aux archives de la PP : une expérience sans équivalent et dont je n’ai pas besoin de préciser les raisons historiques, civiques, « citoyennes ». Il est important que des « soldats de la loi » réfléchissent – à froid – au devoir d’obéissance quand cette loi sort manifestement des clous de la déontologie.

Devant ces jeunes filles et jeunes gens qui vont exercer un métier difficile et ingrat, Ida et quelques autres déportés –parce que juifs- arrêtés par des policiers (ou des gendarmes) français témoignent – sans pathos ni acrimonie – de ce qu’ils ont vécu. Chacun le fait avec sa propre personnalité, sa propre histoire. Ida, comme Jacques Altmann, Daniel Urbejtel (interné à Auschwitz à 13 ans !),Esther Senot, Charles Baron, Sarah Montard, Rachel Jaeglé, Henri Borlant… ne manquait jamais ce « devoir de mémoire » qu’elle devait à ses camarades disparues et qu’elle avait – non sans douleur et hésitation – commencé au début des années 1980. Voir la suite de cet article et l’intégralité de la “Lettre aux Amis”, de Jean-Marc Berlière, par ce lienLettre aux amis de la police 2018-3

____________________________________________

BERLIERE Jean-Marc, Polices des temps noirs. Préface de Patrick Modiano. Paris, Perrin, 2018, 1357 pages, 35 Euros

 

Ce contenu a été publié dans Divers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *