Réécrire l’histoire de l’Armistice : est-ce réhabiliter la Collaboration ?

Accueil Forums Armistice Réécrire l’histoire de l’Armistice : est-ce réhabiliter la Collaboration ?

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Auteur
    Messages
  • #2184
    HscoFrance
    Maître des clés

    Deux livres récents sont consacrés à l’Armistice de juin 1940 :

    • 39 – 45 : Les mensonges de juin 1940. La réalité que l’on cache aux Français depuis 70 ans., de Bernard Legoux (Broché / 735 pages / édition Jourdan de 2012) :

    #2188
    Jean-Michel Adenot
    Modérateur

    En tout cas ces deux ouvrages sont très intéressants pour celui qui étudie cette période  !

    JMA

    #2189
    Yves Mervin
    Maître des clés

    C’est une question large : je ne suis pas sûr d’avoir un avis tranché sans y avoir réfléchi et je pourrai évoluer dans mon opinion. Je distinguerai trois aspects :

    • la nécessité d’un cessez-le-feu étant donné l’Effondrement, soit un armistice sans attendre une capitulation,
    • le fait de s’abstenir d’une politique de la Collaboration, proposée par le Gouvernement sans que les Allemands la réclament.
    • éviter une politique de ressentiment contre les “responsables” de la Défaite (Juifs, communiste, gaullistes) rois cas très différents les uns des autres.

    De mon point de vue :

    • les Juifs ne sont pas plus ou moins responsables de la défaite que les autres citoyens français,
    • les communistes sont responsables de la défaite (pacte germano-soviétique, défaitisme, sabotages)
    • les Gaullistes (ou tout ce qui sera rattaché aux Gaullistes) n’ont pas su éviter l’Effondrement : ils se devaient d’être solidaires, non pas de la Collaboration, mais de l’Armistice. reprocher l’Armistice est une erreur et même une faute de leur part de leur part.

    Je rappelle que c’est une réponse instinctive que je suis susceptible de nuancer. Et puis je n’aime pas reprocher à des gens une attitude ou des perceptions, des choix faits dans une époque que je n’ai pas vécue moi-même.

     

     

     

    #2192

    [J’avais écrit ce message en cliquant sur “Répondre” au message de JMA sur les deux livres, mais je vois que rien ne l’indique après la publication ]

    Je n’ai lu que le premier (dirigé par Ricalens et Poyer), et je le conseille. Très complet, il contient notamment u article de Bernard Legoux, L’armistice “indispensable”.

    Jacques Belle est convaincant dans son analyse sur La volonté et la capacité de défendre l’Afrique du Nord et sa conclusion:

    […]Les raisons que le gouvernement d’après le 16 juin a pu avoir de se décider à signer les deux conventions d’armistice des 22 et 24 juin 1940 sont à chercher ailleurs que dans l’incapacité à défendre l’AFN […]

    Convaincant mais un peu partial puisque lorsqu’il cite les acteurs de l’époque, des généraux allemands sceptiques quant à la possibilité de prendre le contrôle de l’Afrique du Nord, il omet de citer ceux qui ont exprimé l’opinion contraire, ce qui n’est pas très grave dans la mesure où ces opinions contraires figurent dans l’article de Legoux ou dans un article spécial Ce qu’ils en pensaient.

    Et surtout, il n’y a pas que Legoux et Belle, d’autres auteurs étudient le sujet de tous les points de vue, anglais, allemand, italien …

    #2194

    En réponse à Yves Mervin:

    Au moment des faits, en juin 40, il y a la position de de Gaulle, hostile à l’armistice, qui s’inscrit dans le débat de l’époque sur l’opportunité d’un armistice, débat qui, en gros, oppose Reynaud à Weygand. Les historiens sont en mesure de reconstituer le débat. Dans le livre de Ricalens, c’est l’article d’Elisabeth du Réau Le débat de l’Armistice.

    Ensuite, il y a l’appréciation que les historiens peuvent porter sur l’Armistice, et cette appréciation est beaucoup plus délicate et n’est pas complètement indépendante de l’appréciation sur la politique de collaboration qui s’en suivra. Si l’on part du principe que la Collaboration, c’est mal, il est tentant de dire que l’armistice qui contient la collaboration est nécessairement mauvais. Et si l’on part du principe que l’Armistice était inévitable, il est tentant d’en déduire que la collaboration aussi était inévitable.

    Emmanuel

     

    #2195
    Yves Mervin
    Maître des clés

    Après le Blitzkrieg, la poche de Dunkerque… la poursuite de la guerre aurait conduit à l’invasion complète du territoire métropolitain. Aucune “Résistance” n’aurait pu l’empêcher. Le territoire français a été libéré par des Américains, des Britanniques, des Canadiens… cinq ans plus tard (S’ils n’étaient pas venus, comme le souligne fort justement l’historien Michel Sardou, nous serions encore tous en Germanie !).

    L’Armistice a évité des combats, des morts, des destructions… inutiles et un Traité de Versailles à l’envers, avec démembrement du territoire. Les colonies restaient grosso-modo à l’abri de l’armée allemande.

    Ceux qui ont négocié l’Armistice n’avait pas nécessairement renoncé à un retournement de situation. Il y a eu une “Vichysso-résistance”…

     

     

     

    #2199

    A l’époque, en plus de Paul Reynaud, il y avait au moins un homme, de Gaulle, à s’opposer à l’armistice.

    Ensuite beaucoup d’historiens ont condamné l’armistice, souvent en faisant la comparaison avec la Hollande, comparaison pas très pertinente.

    Que se serait-il passé si l’armistice n’avait pas été signé ? ce n’est pas simple d’envisager toutes les éventualités. Cmment Hitler aurait-il géré la France ? Aurait-il différé l’invasion de l’URSS ? …

    #2200
    Anne Marie Le Mouillour
    Maître des clés

    Certains se sont amusés à imaginer ce qui se serait passé si…
    http://secretdefense.blogs.liberation.fr/2010/06/04/1940-et-si-la-france-avait-continue-la-guerre/

    #2201
    Yves Mervin
    Maître des clés

    La comparaison avec la Hollande se base sur deux situations historiques réelles.

    Pour Emmanuel : la comparaison avec le Danemark est-elle plus pertinente qu’avec la Hollande ? Les Danois ne se sont pas beaucoup battus, mais il ont opposé une résistance passive.

    La comparaison avec une uchronie présente un éventuel intérêt, surtout si elle abordée scientifiquement avec des wargames réalistes (l’article cité par Anne-Marie comporte ce lien : http://www.1940lafrancecontinue.org/). Mais dans ce cas-là, il faut comparer avec plusieurs uchronies qui seront plus ou moins réalistes ou probables. Surtout quand on enchaîne les uchronies les unes après les autres comme le fait le livre toujours cité par Anne-Marie.

    Il y a là de véritables potentialités, en particulier avec l’intelligence artificielle. Aujourd’hui, on donne un début de de texte à un logiciel basé sur l’intelligence artificielle, et diverses suites sont imaginées à ce début de texte de façon réaliste.

    Tout cela pourra changer le rapport à l’histoire, qui est souvent perçue comme un absolu et le résultat d’un déterminisme parfait.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 8 mois par Yves Mervin.
    #2203

    Le Danemark comme la Hollande n’avaient pas déclaré la guerre à l’Allemagne; Ils ne connaissent pas le traumatisme de la défaite.

    La population française aurait eu beaucoup de mal à admettre qu’un gouvernement décide de prolonger la débâcle d’un mois avec 1 million de prisonniers en plus et se sauve en Afrique du Nord en laissant un pays en plein chaos sous la coupe des Allemands. 3 millions d’hommes prisonniers et 1 million passés en AFN…

    J’ai beaucoup de mal à croire au “sursaut” que propose Sapir. Je n’oublie pas que la Massilia qui embarquait des parlementaires qui voulaient se replier en AFN est resté bloqué un jour au port du Verdon par une grève de l’équipage

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.